search instagram arrow-down

« Je ne réponds pas d’avoir du goût, mais j’ai le dégoût très sûr. » (Jules Renard)

À voir également: Une page à soi

Jeu de société

Sur les bords du jour,
Lorsque l’hiver du décor met les cœurs à l’envers,
Des destinées se promènent
De consternations en constellations
Le long des échiquiers que le crépuscule décide
Et que l’aube décède,
Embrasant les embrasures de reflets enflammés.
Un coup de dés jamais n’anoblira le bazar
Des stratégies bien rangées au sommet de tours d’ivoire,
Trois coups d’avance sur l’existence ne colorent aucun négatif
Cases blanches, cases noires.
Évoluant à côté d’autres vies
Et de la sienne aussi,
Le figurant se rêve premier rôle
Diagonale du fou, diagonale du vide
Où résonne la rime entre « triche » et « riche ».
Dans les murs porteurs d’espoir,
Le béton désarmé consolide le projet
De damer le pion à l’opacité des plafonds de verre
Et de voir à l’infini les rois ouvrir les bras
À ceux tentés de passer la main.

 

Vendredi 18 novembre 2016
14h41
Paris
© Marianne Boyer

This entry was posted in Textes.
Répondre
Your email address will not be published. Required fields are marked *

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :