search instagram arrow-down

« Je ne réponds pas d’avoir du goût, mais j’ai le dégoût très sûr. » (Jules Renard)

À voir également: Une page à soi

Décalcomanie

Au pied de la lettre, l’empattement d’un arc-en-ciel
Lancé sur la substantifique toile d’un écrin mental
Écran vide et silence incolore avant la résonance des mots
Semblables à des vitraux,
Leur sens comme une lumière sur le monde projetée
À travers le filtre de la transparence pigmentée.
Ponctuation pointilliste
Mutation des oxymores en clairs-obscurs
Douceur des éclats de vers
Pleins atterrés et déliés alités
Allitérations au chevet des vibrations
Assonances assénées au fusain imprégné dans l’alphabet
Vingt-six couleurs et trois nuances d’accents
Des ultraviolets de l’alpha aux infrarouges de l’oméga.
Stylo schizo entre plume et pinceau
Écriture maïeutique et camaïeu sémantique
Flirt des sphères, frontières atténuées,
Mais le cadre est encore plus beau
Lorsqu’il est dépassé.
À la faveur de délires décalcomaniaques
Mes synapses estampillent, en fusion avec les signes,
Bien plus qu’une étiquette
La vision du synesthète.

Vendredi 2 septembre 2016
00h45
Palaiseau
© Marianne Boyer

Répondre
Your email address will not be published. Required fields are marked *

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :